Zenfolio | Michel Forest | 1. De Mirabel à Nouvelle Orléans

Lundi 16 mai: Ça y est, il est 8h et nous partons enfin pour notre périple de trois mois. On gèle . . . il fait 3°C et il vente. Il a même neigé en Abitibi, un 16 mai et il parait que nous sommes en plein réchauffement climatique. La route est belle et pendant que ma blonde repose ses paupières, j'avale les kilomètres au volant de mon "pick-up" et de ma caravane à sellette. Je voyage sur la route et dans ma tête. Sans ordre ni fil conducteur, les idées se succèdent au gré des paysages. 23 heures et quelques 870 km plus tard (Sylvain, continue de lire et je ne veux pas une seule remarque !), nous voilà dans un Walmart pour la nuit. J'en profite pour nous acheter un cellulaire utilisable partout aux États-Unis avec 240 minutes d'appel pour un gros 40$. On se sentira plus en sécurité sur la route et, en cas d'urgence au Québec, on pourra nous rejoindre.

 

Mardi 17 mai: La journée est grise, le ciel est lourd de nuages et la pluie est au rendez-vous. Nous en profitons pour nous rapprocher du sud et de la chaleur. Après une longue journée de 1050 km de route, on s'arrête à nouveau dans un autre Walmart. C'est pas cher, c'est toujours sur le bord d'une sortie de l'Interstate et c'est sécuritaire. Il y a des caméras de surveillance partout sur le stationnement. En plus, nous profitons de la connexion Internet gratuite pour prendre nos courriels et accéder à notre "Presse Plus" qui nous permet de se tenir à jour sur ce qui se passe au Québec.

Malgré l'absence de paysage intéressant, le soleil nous offre un spectacle magnifique avec, en décor de fond, les splendides lumières de Walmart. 

 

Mercredi 18 mai: Un dernier 700km à parcourir et nous arrivons en Floride à Panama City. Nous nous installons au St-Andrew's State Park sur le bord du golfe du Mexique. Le bord de mer est magnifique, l'eau y est très claire, d'un bleu méditerranéen et les dunes et les plages sont de sable blanc.

La région est très fréquentée de telle sorte que le site que nous avons n'est disponible que pour une seule nuit. Tous les terrains sont réservés et il semble même que pour en avoir un dans certains parcs de la région, il faille réserver près d'un an d'avance. Comme nous ne pouvons pas profiter plus longtemps de cet environnement et que nous verrons la mer pendant deux semaines à la fin de notre voyage, nous partons vers le Mississipi. Direction Biloxi.

 

​Jeudi 19 mai: Nous nous installons dans un autre State Park à quelques kilomètres de Biloxi. En tant que séniors (et oui . . . il faut bien en tirer quelques avantages) ça ne coûte que 13$ la nuit pour un site avec eau et électricité. Nous sommes sous les arbres, entourés de bayous. C'est tranquille . . . trop tranquille. Il n'y a pas d'oiseaux, il fait chaud (31°C) et c'est humide. Nous avons eu droit la nuit dernière à une "severe thunder storm". Ça pétait et éclairait pas à peu près. 

Moi qui croyait que j'aurais mal au doigt à force de cliquer sur le piton de ma caméra tellement il y aurait d'oiseaux et de plantes, je suis un peu déçu à date. Nous restons quand même deux jours pour aller faire un tour à Biloxi.