Zenfolio | Michel Forest | Costa Rica (première partie)

Première journée (28 avril). Après quelques péripéties (notre avion ayant été retardé de plusieurs heures à cause d'un bris mécanique), nous sommes finalement arrivés à San José, capitale du Costa Rica, une journée plus tard que prévu, sous un magnifique soleil avec un thermomètre qui affichait fièrement ses 30°C et un taux d'humidité frôlant les 80%. Nous avons choisi de commencer notre expérience costaricaine dans la ville d'Alajuela chez Pierre Poas (Orquideas Inn), le nouvel hôtel servant de base d'accueil à l’équipe du Tout Costa Rica. Notre chambre colorée, son lit confortable, son mini frigo apprécié (pour y conserver au frais notre bière quotidienne de fin de journée) et sa terrasse nous ont ravis.  

Orquideas

Orquideas

 

Une cuisine typiquement costaricaine est offerte par le restaurant. Elle est riche en féculents (fèves noires, riz, purée de fèves rouges, bananes plantain, tortillas et viande) mais très bonne. Toutefois, selon ma blonde, à ne pas recommander quotidiennement si on veut s’assurer de maintenir son tour de taille.

 

La terrasse du restaurant fait face à la piscine et à un jardin végétal et animalier. Quelle belle façon de débuter notre voyage.

Orquideas

 

Le lendemain (29 avril), dans un magnifique décor costaricain, nous avons rencontré la belle et sympathique Carole qui a très bien complété les informations manquantes à notre voyage.

Orquideas

Elle nous a également remis nos cartes Pemium et Assistance (qui donne accès à des rabais de 15% sur plus d’une centaine d’hôtels sélectionnés) ainsi qu'un téléphone cellulaire que nous avions pris la peine de réserver avec Pierre par Internet. Ces outils, que Tout Costa Rica propose aux voyageurs, nous ont permis de vivre tout notre mois l'esprit en paix. Comme nous ne parlons pas l’espagnol, nous étions assurés d'un contact permanent avec des gens de confiance pour nous aider en cas de pépins (ce qui n'est heureusement pas arrivé). Nous avons aussi jeté un coup d’œil à notre projet d’itinéraire et Carole nous a donné quelques références et conseils intéressants.

Par la suite, nous avons pris possession de notre véhicule 4x4 Daihatsu (préalablement réservé pour nous par Tout Costa Rica) et ce, directement à l'hôtel. Nous n'avons donc pas eu à nous déplacer et le locateur était fort aimable.  

Les prix de la location du véhicule, proposés par Tout Costa Rica, viennent avec une assurance de base qui laisse place à une certaine insécurité pour qui n'est pas habitué de voyager en pays étranger et qui ne s'exprime pas, comme nous, dans la langue du pays. Pour quelques centaines de dollars de plus on peut, comme nous avons décidé de le faire, prendre une assurance qui offre une paix totale et entière de l'esprit. Une fois les procédures de la location remplies, nous avons profité de l'après-midi pour faire une petite ballade dans les environs afin d'apprivoiser les routes costaricaines, le comportement de la voiture et la conduite des Ticos.

Lors de cette première découverte du Costa Rica, nous avons été surpris par toutes les barricades autour de chaque maison, riche ou pauvre.

Sur la route en direction du volcan Irazu

Sur la route en direction du volcan Irazu

Sur la route en direction du volcan Irazu

Nous avions lu que le Costa Rica était un pays très sécuritaire en autant que, comme partout, nous respections quelques règles minimales de sécurité. Mais, devant tous ces grillages, nous nous sommes sérieusement demandé si cette publicité autour de la sécurité au Costa Rca n'était pas qu'une façade afin de sécuriser et attirer le tourisme. Mais, après les explications récoltées au cours de notre voyage, nous avons compris que cela faisait tout simplement parti d'une culture de protection de la propriété et que cela n'avait pas nécessairement de lien avec une crainte maladive d'agressions extérieures. D'ailleurs, jamais durant notre mois au Costa Rica, nous ne nous sommes sentis insécures. Les Ticos sont accueillants et chaleureux.

Le matin de notre deuxième journée (1er mai), nous sommes partis tôt pour la visite du volcan Poas et de la région. Très beau. Le long de la route, la végétation est luxuriante et le paysage montagneux. L'impression qui s’en dégage y est toute pastorale car il y a plein de fleurs partout le long de la route et les maisons sont colorées.

Sur la route en direction du volcan Irazu

Le volcan Poas impressionne par son cratère contenant un lac acide dont le pH est inférieur à 1 (ce qui en fait un des lacs naturels les plus acides du monde) et par les vapeurs sulfureuses qui s'en échappent constamment.

Volcan Poas

 

 

Un sentier nous amène à un autre cratère qui abrite le lac Botos dont l’eau très claire serait aussi très froide. Ce cratère a connu sa dernière éruption il y a environ 7500 ans. 

Volcan Poas

 

Le sentier serpente à travers une végétation torturée à l'image de ce qu'on imagine être lorsqu’une plante pousse près d'un volcan. Nous nous y sentons presque dans un autre monde.

Volcan Poas

Question climat, il fait chaud et humide. La matinée est généralement très belle avec un soleil radieux mais la pluie commence à tomber vers les 13h30 pour environ trois heures consécutives. Après cette pluie, la brume règne sur le flanc des montagnes, s'y accroche et l'humidité alourdit l'air.  Lorsque la pluie cesse, le ciel reste couvert et il fait rapidement nuit vers 18h. Il semble que ce soit le climat à cette période-ci de l'année dans la vallée centrale du Costa Rica. Nous avons pris l'habitude de se coucher tôt pour se lever tôt afin de profiter de la matinée et du beau temps.

 

RETOUR AU SOMMAIRE DU VOYAGE