Zenfolio | Michel Forest | 15. White Sands National Monument

Lundi 6 juin: Après la découverte des grottes de Carlsbad, nous partons pour celle de White Sands National Monument qui se situe près de la ville d'Alamogordo et d'une base militaire où se font des tests de missiles. Les kilomètres se succèdent dans le même genre de région sémidésertique plane (qui finit quelquefois par être «plate» à la longue ) mais, subtilement, on commence à monter. Je le sens parce que les chevaux vapeurs du camion s'emballent un peu. Leurs battements cardiaques (les RPM) augmentent et je sens qu'ils ont soif de gaz. Après plusieurs kilomètres de cette lente montée, on débouche sur une vue grandiose de la vallée du White Sands National Monument qu'on aperçoit au loin comme s'il y avait eu une tempête de neige locale (ce qui me surprendrait beaucoup vu les 38°C qu'affiche le thermomètre du camion).

 

S'amorce alors une longue descente de plus de 20 kilomètres vers Alamogordo. On s'installe dans notre camping KOA et on attend vers 17h30 pour une visite à White Sands car le thermomètre n'est vraiment pas très coopératif avec ses valeurs excessives. C'est beau la chaleur, mais lorsqu'elle dépasse celle du corps, on minimise les activités.

Et là les amis, c'est notre premier vrai WOW! Une portion du ciel semble en rogne avec ses quelques nuages noirs qui couvrent les montagnes d'un manteau menaçant alors que l'autre portion semble observer le spectacle avec le sourire radieux du soleil. La lumière est exceptionnelle et le paysage composé par les dunes est à couper le souffle. Nous sommes sur une mer de 275 miles carrés de dunes de gypse . . . pas du sable blanc, du gypse.

 

Infos pour les scientifiques qui me lisent et les curieux de l'histoire.

Les White Sands et les grottes de Carlsbad se sont formés à peu près à la même époque soit à la fin du Permien, il y a quelques 300 millions d'années, lorsque la mer qui recouvrait la région s'est retirée. Elle y a laissé d'épaisses couches de gypse. Avec le soulèvement des montagnes, les dépôts de gypse ont été surélevés en un dôme qui, par l'action de l'eau des glaciers, s’affaissa pour former le bassin de Tularosa. Les pentes du dôme d’origine forment à présent les chaînes de montagnes San Andres et Sacramento qui entourent le bassin. Par la suite, l'évaporation de l'eau du bassin a permis la formation de cristaux de sélénite (pour nos amis chimistes: sulfate de calcium hydraté avec deux molécules d'eau : CaSO4 · 2 H2O) que le vent et l'eau de pluie ont brisé en particules de plus en plus petites jusqu'à ce qu'elles deviennent de la grosseur d'un grain de sable. C'est alors que les forts vents du sud-ouest se sont amusés à créer des dunes de formes et de grandeurs différentes constamment en changement.

Et c'est ainsi que plusieurs milliers d'années plus tard, nous nous retrouvons ici, les deux pieds dans cette immensité avec la mâchoire qui nous tombe à terre devant un tel spectacle.

 

 

 

 

 

 

 

Et si nous sommes observateurs, nous pouvons voir des traces de touts petits animaux et insectes.

 

ATTENTION! Photographes à l'œuvre . . .

 

 

 

Mardi 7 juin: Nous nous rendons tôt à White Sands pour l'apprécier sous une lumière différente et une température plus agréable. Il y a moins de nuages et le soleil brille différemment. L'émerveillement est toujours au rendez-vous.

 

 

 

Nous avons du être vigilants, car à un certain moment nos ombres ont refusé de nous suivre. Elles voulaient s'incruster dans ce paysage blanc alléguant que, pour une fois, elles étaient bien visibles.

 

Ne va pas trop vite en descendant la dune . . .

 

À notre retour, nous décidons de rester sur place aujourd'hui. D'une part, parce que Louise a reçu un chapitre à réviser hier (elle continue de recevoir un chapitre aux deux semaines) et que moi je dois aller chez le concessionnaire GMC pour faire vérifier pourquoi l'indicateur "engine motor" s'est allumé hier avant d'arriver au camping. Pis, ça va nous permettre de prendre ça un peu relaxe.