Zenfolio | Michel Forest | (32) 15 septembre: Pompéi

Visite de Pompéi

Bon la journée commence mal. Non pas qu’il ne fasse pas beau, au contraire nous nous levons encore sous le soleil. Nous n’avons eu de la pluie à date qu’une seule nuit lorsque nous étions dans les Alpes et de la bruine le matin que nous avons fait notre randonnée en train. Depuis que nous sommes en Italie il ne fait que soleil. Ce n’est pas non plus parce que nous sommes malades, même si Marielle est encore sous les effets de sa grippe. Non, nous avons un problème avec Jojo ce matin. Elle ne veut plus obéir au signal de la télécommande. Les portes ne se verrouillent pas et il est impossible d’ouvrir le coffre arrière. Nous ne comprenons vraiment pas pourquoi Jojo nous boude ce matin car nous l’avons toujours chouchouté. Si elle persiste à ne pas vouloir nous donner accès au coffre arrière, nous avons un grave problème car demain nous devons y ranger tous nos bagages car nous remontons vers le nord.

Comme elle ne voulait pas coopérer et que nous n’avons trouvé aucune explication dans le livre d’instructions du véhicule nous l’avons amené chez un docteur «Peugeot autorisé». Celui-ci a très vite diagnostiqué le problème. Ce n’était pas la faute de Jojo mais de la mienne qui avait, par inadvertance, en tentant d’ouvrir le coffre, entrouvert la fenêtre du haillon (nous ne savions même pas que cette fenêtre pouvait s’ouvrir!!). C’était suffisant pour empêcher le fonctionnement électronique du verrouillage et du déverrouillage des portes. Une fois ce problème résout, Jojo nous pardonne de l’avoir faussement accusé et nous nous dirigeons vers Pompéi, notre destination d’aujourd’hui.

Se promener dans Pompéi est une expérience unique. L’aire archéologique de Pompéi s’étend sur environ 66 hectares dont 45 à peu près ont été fouillés. C’est grand comme jamais je ne l’aurais imaginé et, contrairement au forum romain de Rome où les ruines sont très peu hautes, ici nous avons vraiment l’impression de nous promener dans une vraie ville avec des maisons presque complètes.

Quelques maisons parmi les centaines exposées suite aux fouilles

Quelques maisons parmi les centaines exposées suite aux fouilles

Les origines de cette ville sont incertaines mais il semble que dès le VIIe siècle avant Jésus-Christ des constructions commencèrent ici. On se promène donc sur des pavés qui datent de plus de 2 500 ans. C’est impressionnant (chez nous on se promène sur des routes de 10 ans et on a l’impression qu’elles ont subie un bombardement !!). Ce qui l’est encore plus c’est que cette ville a été entièrement recouverte de cendres volcaniques lors de l’éruption du Vésuve en 79 après Jésus-Christ. Le Vésuve qui culmine à 1280 m aujourd’hui, s’élevait à près de 3 000 m à cette époque. Ce qui veut tout simplement dire que lors de son éruption, l’explosion de la montagne projeta de telles quantités de cendres et à une vitesse tellement rapide que presque personne ne put se sauver et que la ville fut complètement ensevelie.

J’ai trafiqué la photo pour donner une idée de ce que le Vésuve était avant son explosion

Et sur celle-ci, vous voyez ce qu’il est aujourd’hui. Imaginez ce que les habitants ont du ressentir lorsque toute cette masse a explosé lors de l’éruption.

Ce que nous voyons aujourd’hui est le résultat de fouilles qui se sont échelonnées sur plusieurs centaines d’années puisque la ville n’a été redécouverte qu’au 16e siècle et que les fouilles ont véritablement commencé en 1748. C’est fascinant que de se promener dans un tel environnement en s’imaginant les personnes qui ont vécu ici. Un tout autre genre de vie que la nôtre.

Le forum

Le temple d'Apollon

Un arc commémoratif

L'amphithéatre culturel

L'amphithéâtre oì se produisaient les gladiateurs

La visite nous prend près de quatre heures de telle sorte qu’il ne nous reste plus de temps pour visiter le Vésuve. Nous pouvons nous rendre en auto près du sommet où un sentier de 800 mètres nous permet ensuite de se rendre sur les bords du cratère. Nous aurions bien aimé mais ce sera pour une prochaine fois. Après la Chine, l’Angleterre, l’Écosse, le nord de la France, l’Espagne, le Vietnam, la Turquie, la Croatie, la Grèce, le sud et centre ouest des États-Unis, le Mexique, peut-être reviendrons-nous faire cette visite et nous en profiterons alors pour visiter le sud de l’Italie, la Sicile et la Sardaigne et, tant qu’à y être, pourquoi pas la Corse.

 

RETOUR AU SOMMAIRE DU VOYAGE